bou et les 3 zours

 

Bou et les 3 zours, d'Elsa Valentin, illustré par Ilya Green, L'atelier du poisson soluble

Il était une fois une petite fille qui s'appelait Bou, et qui vivait dans "la forest avec sa maïe et son païe. Un jour, elle partit caminer dans la forest pour groupir des flores". Et de rencontres en rencontres, elle se perdit dans la forêt et pénétra dans la maison des "trois zours".

Un bon fogo crépillait dans la cheminée.
Sur la table, trois bols de sop
à l'oli fulminaient :
un giganbig, un medio, et un pikinote.
Bou gousta le giganbig :
"Pouah !
Chaud bouillant !"
Elle gousta le medio :
"Beurk ! Friou gel !"
s'excrilla-t-elle.
Elle gousta le pikinote :
"Mmm ! Miam good !"
s'excrilla-t-elle.
Et elle glouglouta
tout le bol.

En préambule, pour décrire au mieux cet album si délicieusement particulier, voici les mots de l'auteur, Elsa Valentin :

"J'ai voulu jouer avec le langage en mélangeant des mots inventés, des mots-valises, des mots d'un registre familier, et beaucoup de mots étrangers (Créole du Cap Vert, Wolof, Italien, Anglais...). L'idée était de créer un langage qui ne soit plus du français mais qui soit pourtant transparent et directement compréhensible, et qui soit plaisant à prononcer à haute voix. "


Bou et les 3 zours est une réécriture de "Boucle d'or et les trois ours", comme vous l'aurez surement deviné dès la lecture du titre.
Réécriture peu conventionnelle dans le langage. Elsa Valentin a en effet inventé un langage très particulier, plutôt sympathique à lire, assez drôle. Un texte qui ressemble à un petit ovni au début, et qui se révèle facilement compréhensible.
Bou part donc se promener en forêt, y fait pas mal de petites rencontres, et finit par arriver, au gré de sa balade, dans la maison des trois ours. Elle goûte les bols, s'assied sur les trois chaises, essaie les trois lits. Et bien sûr, quand les ours la découvrent chez eux, elle s'enfuit en courant. Mais finalement, elle ne rêve que d'y retourner !
Les illustrations d'Ilya Green sont très colorées, avec beaucoup de motifs assez marqués. Disons-le comme ceci, nous en prenons plein les yeux ! Les palettes de couleurs changent selon les pages, du vert, du jaune, de l'orange, du violet (beaucoup !). 
J'ai beaucoup apprécié cet album. Mlle 5 ans 1/2, elle, était très attirée par les illustrations. Elle a pris beaucoup de temps pour le feuilleter, mais la lecture l'a laissée un peu perplexe. Il faut dire qu'il y a beaucoup de jeux de mots qu'elle ne peut pas encore comprendre, comme les petits morceaux d'anglais. Plusieurs mots inventés sont répétés, et se retrouvent dans les mêmes schémas, ils sont donc facilement compréhensibles à la deuxième lecture. Il y aurait un travail sur la langue très intéressant à faire avec des enfants de 6 à 10 ans, l'occasion rêvée de jouer avec les mots.